George Segal

George Segal

La Galerie Templon propose pour la première fois en Belgique depuis 30 ans une exposition de Georges Segal (1924-2000), un des acteurs les plus singuliers du Pop Art Américain.

Vue d’exposition, George Segal, TEMPLON Bruxelles, 2018
Vue d’exposition, George Segal, TEMPLON Bruxelles, 2018

Dès les années 60, Segal s’est fait connaître à New York par ses installations mêlant objets de la vie quotidienne et figures en plâtre. George Segal conçoit ses ‘tableaux vivants’ comme une réflexion existentialiste sur l’individu et la société de consommation. Jouant sur la perméabilité des espaces, l’artiste invite le spectateur à dialoguer avec ses figures anonymes et figées dans des scènes du quotidien. Pour réaliser ses sculptures, il a développé une technique du moulage par bandes de plâtre appliquées à même le corps de son modèle. Cette pratique lui permet de révéler la force évocatrice du geste comme sa dimension poétique, sociale, érotique ou politique.

L’exposition réunit un ensemble complet des oeuvres de l’artiste américain, notamment celle de la riche période expressionniste des années 1990. D’abord de style réaliste, le travail de George Segal a évolué dès les années 70 vers une expression plus libre et expansive. Les travaux des années 80, en couleur, à la fois tableaux figuratifs et natures mortes, s’engagent dans un dialogue avec l’histoire de l’art et ses maîtres comme Cézanne et Degas.
L’artiste isole et surligne des fragments anatomiques, créant de riches bas-reliefs et des séries de tableaux
érotiques (Miles and Monique). Dans les années 90 (Woman in a Summer Landscape, The Dumpster, Blue Woman on a Bed), l’artiste évolue vers un naturalisme expressionniste où la fusion entre sculpture et peinture donne à voir un nouvel éventail d’expressions par la couleur, la lumière, le sentiment.

Miles & Monique, circa 1980

Détails

L’artiste

Né en 1924 à New York,  George Segal a vécu et travaillé dans le New Jersey, Etats-Unis, jusqu’à sa mort en 2000. Ses mises en scène sont conçues comme une réflexion sur l’individu et sa place dans la société du XXème siècle. Jouant sur la perméabilité des espaces, il invite le spectateur à dialoguer avec ses figures anonymes et figées. Sa technique du moulage par bandes de plâtre appliquées à même le corps lui permet de révéler la force évocatrice du geste et sa dimension poétique, sociale, érotique ou politique.

En voir plus